Pêches
Magic Bass.
Postes & Météo.
Migrations.
Migrations - suite.
Protections.
Tailles - Poids.
Proies.
Pêches
http://surf-casting.over-blog.com/
Les techniques préférées par les bars.

L’intitulé du chapitre est presque une boutade, sans aucun doute. Cependant, en y réfléchissant bien, cette affirmation n’est pas idiote, si on prendre en considération celles qui permettent de capturer le plus de bars.

Quelles sont les techniques les plus régulières pour mettre au sec ce poisson souvent d’humeur versatile ?

Du bord, on pense au premier lieu au surf-casting la nuit et au lancer de leurres en journée. Le lancer-ramener avec des vifs, ainsi que la pêche aux flotteurs et aux lests flottants également avec des vifs ont également leurs adeptes, mais n’oublions la pêche à soutenir, la tirette et pour les amateurs du genre, la mouche.

En bateau, on peut également pêcher sportivement au lancer de leurres, en dérive et à soutenir. Les autres techniques, comme la < caille > ou traîne lourde, paraissent obsolètes à plus d’un et que dire des < pêches > que sont la palangre de fond et le tramail.

Chacun prend son plaisir comme il le veut, mais visiblement tous les pêcheurs en mer n’ont pas les mêmes valeurs, ni la même façon de respecter un poisson pourtant menacé.

Vous aimez le surf-casting ? Oui, alors :
http://surf-casting.over-blog.com/

Incomparable sardine, tant appréciée du bar

Excellent au posé, le blanc de céphalopode
Les techniques aux appâts posés.

Les deux principales sont le surf-casting et son équivalent, mais sans plombs à grappins, la pêche à la calée. Ces techniques ne sont efficaces qu’en utilisant des appâts variés et frais. Il est également possible de se servir d’esches congelées, comme celle que l’on aperçoit sur la photo de gauche.

Les techniques aux appâts posés sont recommandées pour la pratique nocturne. En journée, les prises sont souvent petites. Les secteurs les plus intéressants sont les plages où le sable domine et les parties basses d’estuaire.

D’une manière générale, les marées montantes sont plus propices sur les plages, hormis celles qui reçoivent un cours d’eau, là, comme en estuaire, ce sont souvent les débuts de descendante qui réservent les meilleures pêches. En eau saumâtre, le crabe mou, les céphalopodes et le lançon sont souvent les esches les plus régulières. Sur le sable, la sardine, les poissons gras, les chairs de coquillages, les vers marins, les ammodytes sont vivement recommandées.

Quelques montages de surf :
http:.monsite-orange.fr//monsite.wanadoo.fr/chezgodzi

Un très bon site sur le surf-casting, conviviale et technique : http://www.geocities.com/boscherfr/

Pour les grosses pièces, le bibi

Très prenante décollée, la crevette
Les techniques aux appâts décollés.

Pour décoller un appât, on pense au premier lieu aux flotteurs et aux lests flottants comme la Bombette et le Buldo© plombé. On peut pêcher avec des flotteurs dans les eaux portuaires, depuis les enrochements et dans certains estuaires larges et profonds.

Plusieurs esches sont utilisables, sous réserve d’une extrême fraîcheur et d’une présentation impeccable. Les poissonnets utilisés comme vifs, surtout la faune des rochers, labres, gobies, blennies, motelles, etc., sans oublier les crevettes qui sont très appréciées des bars.

La pêche à soutenir.
Elle à quelques adeptes dans certains ports et sur des zones rocheuses quelquefois dangereuses. A la base de ces caillasses battues par la houle, le plus souvent, les poissons sont de poids. Le matériel est toujours costaud et parfois rustique. La taille des appâts est < sérieuse >, c’est à ce prix que se prenne les belles pièces. Les chairs de poissons gras sont généralement les plus employées et en premier lieu, celles du maquereau et de la sardine. Le blanc de céphalopode peut également convenir, tout comme certains poissons de roche servant de vifs. Dans certains endroits, le crabe mou est l’appât roi.

La pêche aux flotteurs.
Cette technique permet d’explorer les secteurs où les roches du fond ne permettent pas une exploration horizontale par le lancer. En pêchant en dérive dans le courant on peut ainsi laisser partir les esches loin du poste de pêche. Dans cette pêche à roder, les poissonnets de roche peuvent être également utilisés comme vifs Les gueulins et baluettes de poissons gras sont excellents, tout comme les crabes en période de mue.

Pour se documenter, plusieurs ouvrages sur la question

Au choix !
Le lancer.

Cette technique permet de proposer aux bars une large palette d’appâts et des leurres. L’immobilité des esches mortes et des faux semblants en plastique, en caoutchouc ou en bois est compensée par un mouvement horizontale permanent et pas des animations faites de relâchers ( arrêts du rembobinage ) ou d’accélérations à différentes vitesses.

Certaines proies vives ou mortes relativement longues et souples : Néréides de roches, nephtys, lançons, anguillons, gueulins de poissons gras, lanières de céphalopodes, etc., se prêtent mieux à cette technique, que d’autres aux formes plus compactes ou plus rondes, comme certaines chairs de coquillages.

Les leurres utilisables au lancer-ramené sont innombrables. Ils vont des cuillères lourdes ou légères, aux poissons nageurs avec ou sans bavette ( comme les leurres de surface ), en passant par la panoplie des leurres souples et des mouches et plumes pour la mer. En maintes occasions, le lancer est la seule technique qui permet de chercher des bars à distance et surtout de les prendre.

Vous aimez les leurres ? Nous aussi ! :
//luresfever.monsite-orange.fr/

Beaucoup de passionnés de lancer chez Mikado : http://www.carnetdepeche.com/

Gagné !
Dossier Bar - Mise à jour
20/12/05