Protections.
Magic Bass.
Postes & Météo.
Migrations.
Migrations - suite.
Protections.
Tailles - Poids.
Proies.
Pêches

Le Trio de B.A.S.S.

Voilà plus de 30 ans que B.A.S.S. mène le combat pour des bars plus nombreux et plus gros.

B.A.S.S est née en 1973 sous l’impulsion de trois pêcheurs de bars, Malcolm Gilbert, Bob Cox et Roger Baker.


Bass Anglers Sportfishing' Society

Présentation de B.A.S.S.

L’association Bass Anglers’ Sportfishing Society ( B.A.S.S. ) a été créée en 1973. afin de promouvoir une approche sportive de la pêche du bar, Dicentrarchus labrax, et en vue de faire campagne, afin d’obtenir que des mesures de protection puissent contrebalancer les effets de la surpêche. Quelques uns des pêcheurs de bar les plus connus du Royaume-Uni sont ou ont été membres de l’association.

B.A.S.S. pense qu’étant donné que le bar est le poisson de sport de mer numéro un en Grande Bretagne, mais aussi en France et dans d’autres pays, il attire de plus en plus de convoitise pour son exploitation commerciale. Les pêcheurs sportifs devraient donc se comporter de façon responsable pour en assurer la pérennité. B.A.S.S. recommande à présent à ses membres de respecter une taille minimale de 48 centimètres.

B.A.S.S. se place délibérément en faveur de restrictions de pêche en faveur du bar, mettant l’accent, par exemple, sur la valeur économique de la pêche sportive du bar, et en tirant la conclusion qu’il faut en tenir compte dans l’élaboration d’une politique des pêches.

B.A.S.S. est une association démocratique. Les membres du bureau et les commissions sont rééligibles chaque année au moment de l’assemblée générale.
B.A.S.S. compte des membres sur tout le territoire national, bien qu’évidemment les régions Pays de Galles et du sud-ouest de l’Angleterre dominent par le nombre de leurs adhérents. Par contre on trouve des membres dans le Yorkshire, le Cumbria tout comme à l’intérieur des terres. L’association compte aussi des membres en Irlande, en Hollande, en France, aux U.S.A. et dans les îles anglo-normands

European Liaison Officer.
Malcolm Gilbert.

BASS Website : http://www.ukbass.com/


Malcolm Gilbert

BASS Magazine, une référence.

Outre différentes publications expliquant ses actions, B.A.S.S. fait parvenir à ses membres un bulletin interne copieux et gratuit. Extrêmement bien détaillé , BASS Magazine, qui est trimestriel, a de nombreuses rubriques toutes aussi intéressantes les unes que les autres.
Ce bulletin de liaison est fait par des pêcheurs pour d’autres pêcheurs, on y parle techniques, appâts, leurres, campagnes de taggage, actions menées, comptes-rendus de réunions, commentaires sur les décisions de Bruxelles et des responsables < pêche > en Europe.

Dommage que ce magazine ne soit disponible avec une édition en Français, il serait très apprécié de ce côté-ci du < Channel >.


Plus qu'un magazine, un lien.

Résolution de B.A.S.S.

Des bars plus nombreux et plus gros.
Le bar européen est un prédateur vigoureux, magnifique et considéré depuis longtemps comme un poisson sportif de mer de tout premier plan.
Les stocks abondants de juvéniles devraient donc être correctement protégés et les stocks adultes gérés de telle façon qu’ils permettent d’envisager une abondance de grands poissons adultes.
Les avantages économiques et humains de cette ressource constante doivent être portés à la connaissance de tous et en particulier à celle de ceux qui subissent les effets de la législation en cours, c’est à dire les pêcheurs et les ligneurs professionnels, et non pas en priorité pour le bénéfice des chalutiers pélagiques travaillant en bœufs, comme c’est le cas à présent.
Mesures pour atteindre les objectifs fixés.
1) Demandes de mesures restrictives sur le chalutage du bar entre Janvier et Avril dans les zones où les poissons en âge de se reproduire se rassemblent avant et pendant la fraie. La méthode de pêche pélagique aux bœufs, qui a connu récemment un grand développement, permet des ponctions dans des zones précises telles que les stocks se retrouvent très amoindris, du fait d’une pêche commerciale non contrôlée. Ceci a eu pour effet de réduire la productivité de la pêche côtière.
Une possibilité, pour contrôler les pêches du large, serait d’interdire la pêche spécifique du bar avec une tolérance de dix pour cent acceptée pour les bateaux recherchant, d’autres poissons, comme le maquereau, le chinchard...
Si cet objectif pouvait être atteint, alors :

2) Il faudrait faire reconnaître le bar en temps que poisson sportif européen. Cette approche dynamique impliquerait la délivrance, possible, de permis pour les pêcheurs professionnels et les pêcheurs sportifs. L’obligation d’être en possession d’un permis pour conserver du bar améliorerait la pêche, fournirait des fonds pour une meilleure exploitation de la ressource, et régulerait la pêche professionnelle et sportive.

3) Taille minimum ( MLS) Programmer par étapes successives l’augmentation de la taille minimale ( actuellement 36 cm ) jusqu’à un possible 55 cm.

4) Prélèvements limités. Les pêcheurs sportifs devraient être soumis à des limites de prise.


Extrait de : < A Joint Resolution To The General Assembly Of The European Anglers Alliance. Oslo 1999. Traduit par Hubert Guillois.


Un gros bar, le rêve de tout pêcheur

SOSBAR.

Le Collectif Bar Européen reprend les thèmes chers à B.A.S.S. et entreprend des actions conjointes avec cette association dont une étude scalimètrique.

Il était impensable qu’un poisson pêché par des millions de pêcheurs Européens ne trouve de défenseurs que dans les seules îles Britanniques, d’où la création de ce Collectif.
http://www.sosbar.org/


Le Joli logo du CBE

La survie de notre loisir passera obligatoirement par une adhésion du plus grand nombre à une association de défense. En effet, aucune réforme concernant la pêche professionnelle ne verra le jour si les pêcheurs n’ont pas de représentants défendant leurs intérêts auprès des politiques et des commissaires Européens. Hors, pour être représentatifs et représentés, il faut être nombreux au sein d’un groupement.

B.A.S.S. Et le C.B.E. sont actuellement les deux seules associations défendant réellement la cause du bar. Les deux fédérations Françaises des Pêcheurs, du fait de leurs raisons d’être : Organisations de concours de pêche sur des poissons de petites tailles ou défense de l’utilisation d’engins de pêche d’un autre âge, car non sélectifs, ne sont pas crédibles.


Pour de telles pêches dans l'avenir, il faut défendre le bar

Dossier Bar - Mise à jour
20/12/05