Migrations - suite.
Magic Bass.
Postes & Météo.
Migrations.
Migrations - suite.
Protections.
Tailles - Poids.
Proies.
Pêches

Depuis plus de 20 ans de nombreuses campagnes communes de marquages permettent de constater les mouvements migratoires saisonniers. Quelles soient organisées par MAFF assistés de bénévoles ou avec IFREMER *, elles ne concernent que la Manche. Il est dommage que de telles études, entre scientifiques de différents pays n’aient pas été effectuées en Atlantique et en Méditerranée.

La connaissance complète des migrations permettraient une meilleure appréciation des stocks et l’influence des prélèvements d’année en année, par les chalutiers pélagiques. Ponctions qui ont lieu, malheureusement, pendant les périodes de reproduction.

Depuis peu, le Collectif bar Européen effectue des prélèvements d’écailles en liaison avec Bass Anglers Sportfishing Society. Il est dommage qu’elle ne s’accompagne pas d’un marquage systèmatique des bars relâchés. Rappelons que l’extrême difficulté à poser les tags freine la bonne volonté des pêcheurs amateurs.


Affiche des campagnes de marquage

* Le manque de coopération d'IFREMER.

Si en France IFREMER semble peu enclin à s’adjoindre l’aide de pêcheurs amateurs bénévoles, en Angleterre, B.A.S.S. collabore étroitement avec des scientifiques. Pour baguer, dans différentes régions du pays, un maximum de bars de toutes les tailles.

IFREMER fait ses propres campagnes de marquages, en solo, sans doute pour Bruxelles, en laissant passer un minimum d'informations vers le grand public.


C’est sans doute pour cela que l’essentiel des données sur le bar proviennent toujours d’Angleterre, ou nombre de chercheurs, dont Donovan Kelley ont consacré presque toutes leurs carrières de scientifiques à un poisson.


Un bar en attente d'être marqué

Protéger pour l'Avenir.

Les études ont montré que certaines populations étaient menacées, d'autres encore plus entamées, mais pour l'instant seule l'Irlande du Sud, l'Eire, à pris des mesures de protection pour sauvegarder les bars de ses eaux.

En Irlande, il y a une courte période de fermeture générale des pêches du bar et un quota journalier de prises est alloué à chaque pêcheur.

Restreindre n'est jamais populaire, mais c'est le prix à payer pour garder du poisson dans les eaux côtières et si vous partez pêcher le bar en Eire, vous apprécierez une séance d'automne de surf-casting sur les plages de la péninsule de Dingle ou ailleurs.

Si des mesures de protection ne sont pas prises rapidement, d'ici une décennie ou à peine un peu plus, les pêches du bar deviendront un enjeu touristique pour certains pays ou certains secteurs, comme les îles Anglo-Normandes, le golfe du Morbihan, la rade de Brest, etc.

Les bars ne sont pas les seuls poissons décimés sur leurs zones de pontes, les sparidés paient également un lourd tribut.

Autre méfait de la pêche au chalut, les hécatombes hivernales de dauphins sur les frayères à bars. Pour freiner cette tuerie Greenpeace * à mené une campagne pendant le printemps 2005, mais pour l'instant rien n'a vraiment été décidé pour épargner les dauphins, ni pour limiter les prélèvements de poissons en pleine reproduction.

* Voir sur ce sujet :
http://www.greenpeace.fr/oceans/index.html



A quand de tels panneaux en France ?

Conduite à suivre :
si vous pêchez un poisson < taggé >.

En fait, il existe plusieurs possibilités. Tout en fonction de votre sensibilité au problème < bar >.

La première solution, c’est à dire la plus courante et la moins écologiste, consigne à mettre le poisson dans la musette après avoir enlevé le tag. Ensuite, vous pouvez adresser le tag, soit à IFREMER à Plouzané, près de Brest, ou à B.A.S.S. en l’adressant à son Président, ou plus simplement par courrier à la boite postale du C.B.E.

La seconde possibilité a un impact plus important car elle prolonge l’étude des marquages de poissons. Il suffit simplement de relever les indications sur le tag et de les transmettre soit à IFREMER, soit à B.A.S.S., soit au C.B.E., en mentionnant la date et le secteur précis où vous avez capturé puis de relâcher ce bar.

La collecte des tags n’est pas sans difficulté, car les poissons pris dans les chaluts et les autres engins de pêche sont rarement déclarés et les tags retournés.

A une époque, les membres de B.A.S.S. étaient contraint d’aller vérifier les bars sur les chalutiers, car peu de ces marques étaient déclarées, malgré la promesse de primes pour leur retour, vers les scientifiques du M.A.F.F. ( Ministry Agriculture Food & Fisheries ).

On peut s’imaginer la détermination des pêcheurs amateurs Anglais contraint de faire ce genre de vérification et l’ambiance qui devait régner sur les bateaux.


Chaque prise mérite un examen pour chercher un possible Tag

Être repérable sans être trop visible !

La difficulté est de trouver des tags qui ne font pas exclure de l’agrégat celui qui en < bénéficie >. En effet, les poissons qui sont marqués par des tags trop voyants sont systématiquement rejetés des groupes et se retrouve solitaires.

Si cela n’est pas trop grave pour des vieux poissons, c’est dramatique pour des jeunes à peine matures, ils sont condamnés.

D’un autre côté, les tags trop discrets ne sont pas repérés par les pêcheurs. Pas facile tout cela !

Pourtant sans campagnes de marquages, il est pratiquement impossible de connaître l’essentiel concernant les diverses espèces marines, dont les bars.

A quand la possibilité, pour tous les pêcheurs d’acquérir des marques aisées à poser ?


Les deux tags utilisés. Dessin du site : http://www.cefas.co.uk/basstagging/fr.htm

Respecter < l'Adversaire > !

Le bar est un poisson de sport fascinant. A ce titre ou pour beaucoup d'autres raisons, il a droit à notre respect.

Quelques mesures simples s'imposent lorsque l'on apprécie ce poisson ailleurs que dans l'assiette.

- Respect de sa période de reproduction.

- Respect de sa taille de capture et même plus, les pêcheurs sportifs portent sa maille à 42 ou 45 cm.

- Ne pas pêcher plus qu'il n'en faut.

- Limiter le nombre d'hameçons sur certains leurres.

- Ne pas utiliser d'engins de pêche obsolètes, car non sélectifs et meurtriers.

- Pratiquer le No-kill à l'occasion.

- Etc.


Ce poisson mérite de grandir !

Dossier Bar - Mise à jour
10/12/05