Migrations.
Magic Bass.
Postes & Météo.
Migrations.
Migrations - suite.
Protections.
Tailles - Poids.
Proies.
Pêches
Migrer pour se reproduire.

Les plus grandes migrations connues, car étudiées depuis longtemps par les scientifiques Anglais, concernent la période de reproduction où nombre de bars se rassemblent pour leur plus grand malheur, car ils sont attendus par les chalutiers pélagiques. Le plus grand mouvement migratoire s’opère pendant la même période aussi bien le long des côtes Anglaises que Françaises. Il intervient en fonction de la température de l’eau entre la fin de décembre et la fin de janvier, mais bien souvent les bars ont déjà commencé des pré rassemblements fin septembre ou début octobre. Ce sont d’abord les jeunes adultes qui se rassemblent pour frayer, ensuite les poissons plus âgés.

La période de ponte sur les grandes frayères du large peut intervenir du début janvier à la fin d’avril. En effet, pour que les pontes se déroulent dons de bonnes conditions, il est impératif que l’eau de mer soit au environ de 5 degrés centigrades et que cette température se maintient quelque temps.

Le mouvement de retour s’effectue parfois fin avril et la répartition des agrégats se fait tout au long du littoral parfois jusqu’au début de juin. Il semblerait que les alevins reviennent sur les mêmes secteurs que leurs géniteurs. Si la constance des courants expliquent en partie ce retour, il reste quand même des zones d’ombre concernant les peuplements de certaines zones années après années.

Il existe également un certain nombre de petites frayères jouxtant la côte, parfois au débouché de grands estuaires. Les pré rassemblement peuvent lors se faire dans les parties basses des eaux saumâtres. La rade de Brest, entre autres secteurs, connaît ce genre de phénomène et il est relativement aisé de suivre les pérégrinations des agrégats de bars dans leur remontée vers la Manche et le secteur des Abers.

D’autres migrations sont observées chez les bars, bien que des populations soient relativement sédentaires. Ces contradictions sont apparues lors de séances de < taggages >. Des spécimens bagués dans les eaux du sud de l’Angleterre ont essaimés du golfe de Gascogne jusqu’aux rives Allemandes, alors que d’autres poissons ont été retrouvés, par la suite, à quelques kilomètres de l’endroit où ils avaient été marqués, puis relâchés.Il arrive que des bars soient repris deux ou trois années de suite sur les mêmes secteurs.

pour en savoir plus sur le sujet : http://www.cefas.co.uk/basstagging/fr.htm



Migration d'hiver - Réf : Uk bass monitoring report 1997. Pickett G.D
Le come-bass !

En mars - avril les poissons entreprennent leur migration pour revenir à la côte. Au cours de leur trajet de retour, ils peuvent frayer deux ou trois fois en pleine eau. En général, la principale reproduction se situe entre mars et Avril. Une fois de plus, la période dépend de la température de l’eau. Il semblerait que cette reproduction ait deux pics principaux, à savoir en premier lieu la ponte des jeunes matures, suivie par celles des reproducteurs plus vieux.

L’étude des données obtenues suite à des programmes de marquage ( tagging ) et couvrant les trente à quarante dernières années, indiquent que les bars européens qui reviennent sur les côtes britanniques, retrouvent les mêmes zones, que celles qu’ils avaient occupées les étés précédents avant de partir frayer.

On suppose, en dehors des mêmes données côté Français, que les dreinecks ( nom Breton des bars ) et autres loubines qui vont se reproduire en Manche ou dans le Mor-Bras reviennent également sur leurs lieux de chasse des années précédentes. D’une manière générale, la répartition est achevée, en Manche et en Atlantique, pour la fin du mois de mai.

Cependant, tous les bars ne parcourent pas de grandes distances pour trouver des secteurs de pontes propices. Certaines frayères sont près des côtes. Il semblerait que ces poissons quasi sédentaires ne se mélangent pas avec les bars migrants. La présence de six sous-espèces dans les eaux Bretonnes étaye cette hypothèse, dont une inféodée à la grande frayère de la grande zone incluant le plateau de Rochebonne et le Mor Braz, devant le golfe du Morbihan.

En été, on assiste à des regroupements plus ou moins importants de bars, pour le plus grand bonheur de quelques bolincheurs et autres chalutiers.

Il n'y pas beaucoup d'explication sur l'origine de ses groupements. Pourtant on remarque qu'ils s'opèrent souvent sur les itinéraires de migrations d'autres poissons, dont les sardines.

---()---

Flipper pour les dauphins.

Lors des chalutages des grandes frayères le long de la côte sud de l'Angleterre, des milliers de dauphins sont massacrés. Leurs corps s'echouent en nombre sur les plages Anglais et l'avenir de cette espèce semble plus que menacée.

Aucune recherche de profit ne peut excuser de décimer des poissons qui frayent ou des mammifères qui s'en nourrissent.

Voir sur ce sujet :
http://www.sosgrandbleu.asso.fr/
http://www.sauvonslesdauphins.com/

Et pour mieux connaître ce mammifère :
http://www.dinosoria.com/dauphin.htm


Migration du printemps - Réf : Uk bass monitoring report 1997. Pickett G.D.
Dossier Bar - Mise à jour
20/12/05